mercredi 20 janvier 2010

Leçon d'oppression pour les nulLEs

Il est un outil que je brûle de partager avec vous. Il s'agit des "Techniques de répression du maître" ou "techniques de domination".
("master suppression techniques / ruling techniques" en anglais.)

Qu'est-ce que c'est?


Les techniques de répression du maître, élaborées par la féministe norvégienne Berit Ås, constituent un outil utile permettant de reconnaître et définir les techniques de domination à l'oeuvre dans la vie quotidienne.

Attention ici je ne parle pas uniquement d'oppression entre les hommes et les femmes même si originellement la théorie de Berit Ås était vouée à décrire les techniques à l'oeuvre dans la domination patriarcale. A l'origine il y avait 5 techniques de répression du maître. Puis 2 autres ont été ajoutée plus tard par elle-même.

Ce que ça nous apprend?

Qu'il faut cesser de croire que vous / unE autre utilise de mauvais arguments ou n’arrive pas à présenter correctement une affaire. Que c'est rarement une question d'individuEs et souvent une question du groupe auquel vous appartenez / les autres pensent que vous appartenez. Qu'il faut arrêter de dire que les gens doivent se lever et prendre la parole si on ne rend pas cela possible au préalable.

A quoi ça sert?


Définir les techniques de répression du maître consiste à les rendre visibles et donc à neutraliser leurs effets. Deuxio j'ai tendance à penser que quand on connaît ces techniques, et qu'on a un minimum de désir de justice sociale on essaye de ne plus les utiliser. Depuis que je les connais je ne parle plus aux gens de la même façon. Si plus de personnes, notamment plus de militantEs étaient conscientEs de celles-ci, les oppressions seraient réduites dans les milieux militants, ce qui serait déjà pas mal et aurait une grande influence sur la teneur de nos actions et la direction que prennent nos combats.

Quelles sont ces techniques?


1. Eclipser

Eclipser une personne consiste à l’oublier, la dédaigner ou l’ignorer. Cette attitude prive la personne de son identité, l’empêche d’agir et lui donne l’impression d’être quantité négligeable. Eclipser une personne signifie qu’un groupe décide de traiter une personne ou un groupe comme si ceux-ci n’existaient pas. Cette technique peut parfois être difficile à discerner car cette attitude se passe souvent de mots. Cela peut, par exemple, se manifester par le langage corporel, comme des gestes ou leur absence.

Exemples: Quelqu'unE parle alors que c'est votre tour. Quelqu'unE reprend vos paroles comme si c'était une idée à eux/elles. Quand c'est votre tour de parler, les autres commencent à se parler entre eux ou à feuilleter leur documents.

D'une manière générale il faut apprendre à penser à tout le monde: qui n'a pas parlé à cette réunion? ou moins? de qui n'a t on pas parlé? qui a été oublié dans notre discours? etc...

2. Ridiculiser

Une personne se voit ridiculisée lorsqu'elle est railléE ou accueilliE avec mépris. Le fait de ridiculiser une personne est tellement banal que cela passe inaperçu la plupart du temps. Toute personne ayant recours à cette technique a le rire pour allié alors que la victime se sent souvent embarrassée et honteuse ou terriblement morose et dénuée de tout sens de l’humour.

Exemple: Alors que vous êtes en train d'exprimer une vue importante, on se moque de vous, vous compare à un personnage qui fait rire, etc...

On m'a dit un nombre considérable de fois dans ma vie que je n'avais pas d'humour et j'ai encore parfois tendance à le croire. Maintenant je réponds "l'oppression me fait pas rire". Ca ne change pas le fait qu'on me trouve toujours pas drôle, voire même carrément rabat-joie. Mais au moins de dire ça, ça me rappelle à moi pourquoi j'ai raison de pas trouver ça drôle. Et croyez-moi il y a énormément de façon d'être drôle sans être oppressif.

3. Rétention d’informations


La rétention d’informations se produit lorsque des sujets sont automatiquement abordés au sein d’un groupe bien limité. Les personnes extérieures à ce groupe n’ont ainsi aucune connaissance de problèmes importants. La rétention d’informations consiste à dissimuler certains faits à une autre personne, l’empêchant ainsi d’agir en connaissance de cause.

Exemple: Il existe de nombreuses occasions permettant à des groupes fermés de se réunir, en fonction de règles, de traditions ou de la nature de l’activité. Lors de ces rencontres formelles ou informelles, les gens peuvent conclure des accords et prendre des décisions préliminaires sans solliciter l’ensemble des personnes impliquées dans leur groupe, ce qui permet aux autres individus et à la culture normative de conserver leur position dominante et de ne pas être questionnés.
(une formation dominante se caractérise par son aptitude à naturaliser, à être acceptée comme une pensée pleine de bon sens).


4. Gare à vous si vous agissez et gare à vous si ne faites rien


Le phénomène de la double punition se produit lorsque toute action ou inaction de la part d’une personne est réprouvée. Cette double contrainte est particulièrement désagréable en raison de la culpabilité constante et des sentiments d’inadaptation qu’elle engendre fréquemment. Il s’agit d’une situation inextricable : vous ne pouvez jamais vous en tirer à bon compte, quoi que vous fassiez.

Exemple couramment invoqué, la façon dont la culture dominante juge les femmes qui travaillent dans les sociétés occidentales. Si elles travaillent beaucoup et atteignent de hautes positions, on leur reproche souvent d'avoir un comportement masculin et de ne pas accorder assez de temps à leur vie de famille (qu'elles aient des enfants et un partenaire ou pas d'ailleurs). Si elles se consacrent à leurs partenaire et enfants, on leur reproche de ne pas être modernes, libérées et elles restent enfermées dans cette oppression patriarcale.
Autre exemple, la façon dont la culture dominante juge les femmes transgenres / transsexuelles. Si elles "passent" pour des femmes cisgenres, elles sont vues comme des menaces, des séductrices dont le seul but est de tromper les hommes hétérosexuels cisgenres. Si elles ne passent pas, elles sont constamment tournées en dérision et leur identité de femme n'est jamais respectée.
Ou encore: si tu fais ton boulot avec application, on te trouve trop lente, si tu le fais rapidement, on trouve que tu bâcles.

5. Accusations et humiliations

Le phénomène d’accusation et d’humiliation se produit lorsque des personnes se voient dévalorisées. La honte est la pierre angulaire de cette technique. Il s'agit de mettre dans l'embarras, ou d'insinuer que les victimes de discrimination sont à blamer pour leur situation.

Exemple: Vous vous plaignez de harcèlement sexuel, on vous répond que c'est votre faute parce que vous vous habillez de façon provocante / sexy.
Vous vous plaignez de discrimination homophobe ou transphobe, on vous répond encore une fois que c'est votre faute à cause des vêtements que vous portez.

L'été dernier mon partenaire, qui est un garçon trans, s'est fait aggressé violemment dans le métro parisien. Il s'agissait d'une agression homophobe, les agresseurs ayant traité mon partenaire de gouine avant de le frapper. Une fois sorti de l'hôpital, mon partenaire a rendu visite à son père qui après avoir entendu le récit de l'agression, a eu pour première réaction de dire "oui mais bon si tu avais une autre coupe de cheveux, si tu étais moins visible...". Vous voyez de quoi je veux parler.


6. Objectiver

Réduire à l'état d'objet. Evoquez / Discuter de l'apparence d'une personne alors que cela n'est pas pertinent, que cela n'a rien à voir avec la situation.

Exemple: Des études ont démontré que lorsqu'une personne parle d'une tierce personne avec quelqu'unE, si cette personne parle d'un homme, elle ne mentionne presque jamais son apparence alors que si elle parle d'une femme, elle fera un commentaire / jugement sur son apparence dans 9 cas sur 10. Eloquent.

7. La force / menace d'usage de force.

Menacer d'utiliser ou utiliser la force sur une ou plusieurs personnes. Je ne crois pas avoir besoin d'exemples.


N'hésitez pas à les apprendre par coeur, les imprimer, les distribuer, les réciter, les utiliser comme outils pour rendre les espaces autours de vous safe, pour militer en prenant plus de personnes / groupes/ structures en compte.

5 commentaires:

VitaOrlando a dit…

très bon article, merci dear.
Je pense que j'avais conscience de pas mal de ces mécanismes mais c'est bon de lire une synthèse très claire comme ça, avec des exemples qui sont très explicites.

GaelLE a dit…

Carement interessant!!je ressens ces systemes de dominations et depuis qq tps ils me sautent de plus en plus aux yeux..pour autant je ne parvenais pas tjs a les nommer ou a les decortiquer.bonne piste de reflexion que ta synthese. :)
GaelLE

pierre a dit…

Merci beaucoup pour tout ça.
Je suivais vos écrits avec plaisir.
D'habitude, je laisse pas de commentaire mais comme y'a pas d'autre moyen de vous contacter et que j'ai bien peur que ce blog s'arrête d'un jour à l'autre, je préfère écrire ce petit mot.
Comme ça, vous savez que ce serait chouette de prévenir avant de fermer boutique.
Histoire que je prenne du temps pour découper-coller les textes.
Merci encore.

Violences Entre Femmes a dit…

Oui très bonne synthèse;
Roberta pour VEF

Anonyme a dit…

y'a un pote qui a mis ce lien sur son blog (http://morose.hommes.tk) : http://janinebd.fr/5-techniques-de-domination/

ça m'a fait pensé à cet article.

ça m'avait fais bien plaisir de tomber sur ton blog! j'avais suivi le fil après avoir lu un article dans mauvais genre où il y avait des photos qui m'avaient complètement saisie (c'est positif).

alors voilà, merci!

alice.